Whisky : les meilleurs conseils pour bien le déguster selon sa saveur

Whisky

Aujourd’hui, le rituel de dégustation de vin est devenu assez familier, ce qui n’est pas le cas de l’art de savourer le whisky. En principe, les malteux qui apprécient ce produit ont chacun leur manière de dégustation et respectent leurs propres habitudes. Toutefois, les experts s’accordent à dire qu’il existe certaines règles à suivre pour mieux apprécier la gorgée.

Se préparer pour la dégustation

Le choix du verre est déterminant puisqu’il joue un rôle capital sur la perception des odeurs et de la texture. Contrairement aux idées reçues, les tumblers (verres droits et larges) sont déconseillés, car ils amoindrissent les sensations. Pour découvrir toute la richesse de votre whisky, l’idéal serait d’opter pour un verre en forme de tulipe (verre à pied ou verre à sherry doté d’un buvant resserré). Les arômes étant plus concentrés au niveau du nez, vous pouvez être plus attentif aux saveurs libérées.

Les conditions de dégustation sont également primordiales. Pour commencer, il convient de choisir un endroit avec un minimum d’odeur pour éviter de perturber le sens de l’odorat. De même, la pièce doit être assez lumineuse ainsi vous pouvez facilement effectuer une analyse visuelle de la boisson. La température idéale pour relever les arômes d’un whisky est comprise entre 14 à 18°C. Pour certaines bouteilles, cette température peut aller jusqu’à 22°C, mais attention à ne pas la dépasser au risque d’être perturbé par le brûlant de l’alcool.

En ce qui concerne la sélection des bouteilles, la tâche peut s’avérer plus complexe. C’est pourquoi il est fortement recommandé d’opter pour un coffret de dégustation de whisky qui inclut certainement tous les produits qu’il vous faut. Lors de l’achat, privilégiez des sites spécialisés comme www.vandb.fr afin de trouver différents coffrets proposés par plusieurs marques.

Boire du whisky : sec, avec un trait d’eau ou des glaçons ? 

Afin de savourer toutes les facettes d’un whisky, les experts le dégustent toujours sec. En effet, boire un whisky sec permet de le découvrir dans sa forme pure, mais surtout de percevoir toute la complexité des saveurs et arômes. Pour les novices, dont les palais ne sont pas assez affutés, cette dégustation minutieuse permettra d’explorer toutes les notes du produit. D’ailleurs, elle est rarement désagréable, même si vous ne pouvez pas encore déceler la structure du whisky.

Bien qu’elle soit familière aux amateurs de single Malt, la sensation de feu apportée par une gorgée de whisky n’est pas forcément plaisante pour les néophytes. Afin de rafraîchir le verre, vous pouvez ajouter un peu d’eau neutre à température ambiante. D’ailleurs, cette pratique peut adoucir l’alcool tout en relevant des notes fruitées ou florales plus subtiles. N’hésitez pas à opter pour de l’eau pétillante au lieu de l’eau plate pour apporter une sensation d’acidité en bouche. Même si cela peut uniformiser les saveurs ou gommer les spécificités du produit, l’expérience sera plus agréable.

À l’inverse des mets et vins qui sont indissociables, whisky et glaçon ne font pas bon ménage. La glace va en effet arrondir les notes plus puissantes et révéler des arômes plus délicats. Néanmoins, vous pouvez ajouter un glaçon de taille suffisante pour qu’il ne fonde pas trop vite. Notez en effet que l’eau libérée va diluer le goût du whisky, déjà modifié par la glace. Si vous souhaitez rafraîchir le produit, sans altérer sa saveur, il vaut mieux le servir à la bonne température puis ajouter des pierres à whisky (mis au congélateur au préalable).

Prendre le temps pour mieux savourer

Afin de réussir la dégustation d’un coffret de whisky, trois sens sont à stimuler : la vue, l’odorat et le goût. Tout d’abord, procéder à la dégustation visuelle en prenant le temps d’observer ce qui se passe dans le verre. Plus l’alcool est fort et plus la texture sera huileuse ainsi, les lames formées sur les parois prennent du temps pour couler.

Vous devez ensuite susciter votre odorat en sentant le whisky. Cette étape va non seulement vous aider à déceler les arômes, mais également vous fournir une première indication sur son goût avant de l’avoir dégusté. Bien entendu, il n’est pas question d’insérer votre nez dans le verre, car cela peut s’avérer agressif. L’idée est plutôt d’inspirer l’intérieur du verre. Faites cette opération avec tous les produits inclus dans votre coffret de dégustation de whisky pour développer votre odorat, mais aussi vos palais.

Autre point important à noter, la quantité de whisky à verser. Il convient d’y prêter une attention particulière puisque le dosage influence grandement la dégustation. Selon les experts, une portion entre 2 à 6 cl reste adaptée. Pour information, la dose standard d’un verre de whisky est de 3 cl (simple) ou 6 cl (double).

Comment explorer le goût d’un whisky ?

Afin de savourer un Malt, il s’avère primordial de l’apprécier en bonne et due forme. Sachez ainsi que contrairement au vin, le whisky se boit à petite gorgée. Étant plus concentrés en alcool, ces produits peuvent vous brûler la bouche, créer de l’acidité en bouche et finalement anesthésier votre palais. Pour éviter de passer à côté de la richesse aromatique du whisky, le mieux serait de prendre en fine gorgée à rouler délicatement sur la langue. Vous pouvez dans ce cas apprécier la texture et les saveurs du produit.

Afin d’évaluer la « bouche » d’un whisky, vous devez discerner trois instants à savoir l’attaque, le milieu de bouche et le final. Sachez d’ailleurs que certains arômes peuvent se manifester au début de la dégustation tandis que d’autres se révèlent uniquement vers la fin. La première gorgée indique généralement la trame du produit puis les gorgées suivantes vous aident à affiner la dégustation.

À noter, certains arômes sentis au nez peuvent être très différents une fois en bouche. Enfin, l’arrière-gout qui détermine le final. Ici, vous devez déterminer si les arômes s’estompent rapidement ou s’ils persistent (pendant un court instant ou longtemps).

Conseils pour choisir un vélo elliptique de haute qualité
Combinaison de triathlon, comment bien la choisir ?