Comment favoriser le bien-être au travail ?

bien-être au travail

Le bien être en entreprise est un enjeu primordial pour le bon fonctionnement de celle-ci. Des entreprises semblent enfin avoir compris que pour accéder à la performance, il faut des employés en bonne santé, physique et mentale. Elles n’hésitent donc pas à investir, à mettre les moyens pour s’assurer une qualité de travail irréprochable. La première des choses à faire est de mettre en avant l’humain. Voici les points clés à respecter pour favoriser le bien-être au travail et limiter les risques professionnels.

La valorisation du travail des salariés

Un salarié qui se sent bien à son poste, et dans son entreprise en général, est un salarié performant. Pour autant, cette affirmation évidente n’est pas forcément respectée partout. Il est donc primordial pour un supérieur de prendre le temps de valoriser le travail effectué par ses salariés. Il est même recommandé de se concentrer davantage sur les moyens employés pour atteindre un objectif fixé que sur les résultats concrets. Là encore, c’est une question de reconnaissance.
Le salarié est un élément parmi d’autres et tout ne repose pas sur ses épaules. Cependant, il permet à l’entreprise de prospérer par ses actions. Ainsi, c’est un travail collectif, qui ne se réalise que par l’implication des uns et des autres. Attention donc à la charge de travail qui peut être attribuée à chaque salarié et à cette recherche ultime de l’efficacité. Le travail valorisé d’un salarié prend en considération les moyens qu’il met en œuvre pour parvenir à ses objectifs. Le tout est de respecter l’individualité de chacun et de savoir reconnaître la bonne volonté d’un individu, même quand le résultat n’y est pas. Pour ce faire, il est possible de cultiver ce bien-être au sein d’une entreprise, en suivant une formation de qualité de vie au travail par exemple. C’est ce que proposent des agences comme IdPrévention, spécialisée dans la santé, la sécurité et les conditions de travail. Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site idprevention.com

Le renforcement de l’esprit d’équipe

Un salarié qui évolue au sein d’une entreprise n’est qu’un maillon de la chaîne. Il a sa propre individualité, qu’il ne faut pas oublier, mais il doit se conformer également à celle de ses collègues. De ce fait, il s’agit d’une multitude de maillons qui interagissent les uns avec les autres, dans le but d’atteindre un but précis.
Une bonne entente favorise bien évidemment l’obtention de meilleurs résultats. Le chef d’équipe a la responsabilité d’observer en toute objectivité les relations entre les salariés, afin de repérer des éventuels conflits. En effet, un conflit non réglé peut définitivement s’installer sur la durée et ternir considérablement une collaboration. Or, le bien être au travail dépend fortement des relations humaines. S’il est parfois impossible d’espérer une entente parfaite entre les membres d’une même équipe, il est cependant envisageable d’apprendre à chaque salarié à travailler avec les autres. Le seul comportement d’un individu peut perturber l’ensemble de l’équipe. Identifier l’élément perturbateur, c’est déjà favoriser une certaine amélioration. Ensuite, le renforcement de l’esprit d’équipe peut se travailler via une formation en qualité de vie en entreprise. Ceux-ci se déroulent principalement dans les locaux de l’entreprise. Grâce à des activités, à des jeux, tout le monde s’investit et apprend à se mieux se connaître.

Le droit à la déconnexion

Parfois, il n’y a qu’un pas entre le travail et la vie privée. Certaines personnes emportent tellement de travail à faire à la maison que celui-ci fait partie intégrante de leur sphère personnelle. En somme, on ne distingue plus de nette coupure et la santé et la sécurité au travail peuvent en pâtir. Or, cela peut aussi être néfaste à terme pour la productivité du salarié, puisqu’il ne marque pas de temps de pause. Son esprit est accaparé par les tâches qu’il a dû faire et celles qui lui restent à accomplir. Le bien-être psychologique des personnes dépend entre autres, d’une qualité de vie globale. Il convient donc à l’employeur de respecter la vie familiale et privée de ses salariés. Le code du travail utilise ce « droit à la déconnexion » pour encourager vivement les supérieurs hiérarchiques à instaurer des modalités de travail qui n’empiètent pas sur la vie personnelle des travailleurs. En effet, le bien-être passe par le repos et la possibilité de s’adonner à ses passions, à des loisirs qui diffèrent de la sphère professionnelle. Le salarié a donc le droit de prétendre pouvoir ne pas être connecté en permanence aux outils numériques qu’il a l’habitude d’utiliser pour son travail. Pour améliorer le mieux-être de ses salariés, il faut poser des cadres, des limites. Compartimenter le tout pour favoriser la productivité, l’envie de s’impliquer et la sécurité au travail. En régulant la charge de travail et en respectant les temps de repos, l’employeur a tout à y gagner et les risques psychosociaux diminuent.

La possibilité de faire du télétravail

Certaines entreprises offrent la possibilité aux salariés de faire du télétravail. Il s’agit d’exercer son activité professionnelle à distance, hors des locaux de l’entreprise, le plus souvent à son propre domicile. Cette formule de travail fait de plus en plus d’adeptes, car elle a de multiples avantages.
En effet, de nombreux employeurs se sont rendu compte que leurs salariés pouvaient aisément effectuer leurs tâches depuis chez eux, sans que cela altère la qualité de leurs performances. Le télétravail permet une certaine flexibilité dans l’emploi du temps, cela génère moins de stress puisque l’individu peut s’organiser comme il veut. Certaines personnes basent leur bien-être sur la façon de gérer leur emploi du temps. Grâce à un sentiment de liberté, moins de pression ressentie, le salarié se sent davantage productif. Il faut cependant faire preuve d’une autodiscipline sans faille, c’est pour ça que la notion de télétravail ne peut pas convenir à toutes les personnalités. Certaines personnes auront besoin de devoir se rendre au travail et de travailler dans des locaux différents de leur maison pour se sentir efficaces. Le télétravail reste encore marginal, mais de plus en plus de salariés se sentent prêts à passer en travail à distance.
Il peut être décidé d’autoriser le télétravail dans une entreprise grâce à la négociation d’un accord collectif ou à l’élaboration d’une charte rédigée par l’employeur, après avis du comité social et économique. Sinon, un accord de gré à gré entre le salarié (une lettre, un mail) peut également suffire.