Une idée sur comment on traite une hémorragie externe en urgence

hémorragie externe

L’arrivée d’un accident n’est jamais prévisible et encore moins le type de blessure qui pourrait arriver à la personne accidentée. Le pire est que même un simple glissement sur le sol peut causer de graves blessures, dans certains cas. Ainsi, il faut toujours avoir en têtes quelques gestes de secours qui peuvent sauver des vies. Dans la plupart des cas, le plus important est d’arrêter une hémorragie externe, puisque traiter celle interne reste plus difficile à effectuer, surtout par des personnes non qualifiées.

Une hémorragie externe : qu’est-ce que c’est ?

En tout, il y a trois genres d’hémorragies : les internes, les extériorisés et les externes. En cas d’accidents graves ou de blessure intenses, ces trois types d’hémorragies ont tous un taux de mortalité très haut si non traité. Généralement, une hémorragie externe se reconnaît à l’écoulement du sang directement sur la blessure source que vous pouvez voir de vos yeux. Néanmoins, il existe certaines hémorragies externes, difficilement identifiables, que vous pourrez vérifier sur le site www.imedicale.fr. Ce type de saignement externe est, le plus souvent, provoqué par des objets coupants ou perforants comme des verres, des balles, de la ferraille et bien d’autres. Sinon, la fracture d’un os peut aussi créer de graves blessures quand celui-ci sort de la peau. Une hémorragie externe est, donc, une blessure grave visible à l’extérieur du corps. Cette hémorragie peut être artérielle (giclement du sang) ou veineuse (écoulement en nappe) et même capillaire (faible saignement). Toutefois, les deux premiers sont ceux qui sont les plus dangereux et nécessitent des traitements d’urgence.

Les gestes qui sauvent et ceux qui sont inutiles

Peu de gens connaissent et maîtrisent les traitements de secours d’urgence et cela n’est pas à blâmer. Cependant, tout le monde devrait savoir qu’il y a des gestes importants qu’il faut et ne faut pas faire en cas d’une hémorragie externe grave.

Pour les gestes qui sauvent, puisqu’une blessure grave chamboule la circulation sanguine de la personne, il faut faire en sorte qu’elle puisse respirer proprement. Ainsi, il faut donc l’allonger (en position tête basse pour faciliter la circulation du sang) et veiller à ce qu’il n’y ait rien pour bloquer l’air. Une hémorragie survenue sur la partie haute du corps nécessite une position semi-assise de la victime. Cela fini, vous pouvez déjà procéder aux traitements de secours. Dans le cas où vous n’y connaissez rien, faites appel aux alentours et en même temps, appelez du secours.

La pire chose à ne pas faire, durant une hémorragie externe, est de paniquer. Que vous soyez la victime ou le sauveteur, la panique pourrait accélérer le battement du cœur et augmenter la pression subite par les vaisseaux sanguins. Ainsi, le sang s’écoule plus vite. De plus, vous pouvez, par accident, aggraver la blessure. Une chose importante est aussi d’éviter de secouer un blessé.

Traitement par compression manuelle

Le traitement d’urgence d’une hémorragie externe est, dans la plupart des cas, la compression. La compression manuelle impose la victime ou le sauveteur à faire une pression directement sur la blessure où l’hémorragie externe a lieu. Cela a pour effet de bloquer le saignement ou, du moins, le ralentir. Comme son nom l’indique, elle requiert l’utilisation de vos mains et un peu de force. Vous pouvez utiliser vos doigts si la blessure n’est pas trop grande. Néanmoins, n’optez pas pour cette solution dans le cas d’une fracture ou de la présence d’un corps étranger pouvant aggraver la plaie. Pour ce dernier, vous pouvez toujours placer un tissu sur la blessure. De même, si l’hémorragie est artérielle et ne se trouve pas sur les membres, cette méthode n’est pas conseillée puisque cela n’arrêtera pas le giclement du sang. Après environ une dizaine de minutes de compression manuelle, vous pouvez appliquer une compression compressive. Notez qu’une blessure au niveau du cou doit être compressée manuellement jusqu’à l’arrivée des secours.

Traitement par compression à distance

La compression à distance n’a rien à voir avec le wifi ni le sans-fil. Il s’agit simplement d’une compression indirecte. C’est-à-dire qu’il ne nécessite pas la compression directe sur la plaie source. Il est surtout conseillé dans le cas de n’importe quelle hémorragie artérielle. Cette technique consiste surtout à comprimer le vaisseau ou l’artère qui conduit le sang. Il est important, toutefois, de connaître les points à compresser pour ne pas faire de gestes inutiles. En général, le substitut de la méthode est l’utilisation d’un garrot qui n’est pas non plus fiable à 100%.

Dans le cas d’une blessure au cou, le point de compression devrait être à la base de celui-ci où se trouve l’artère carotide. Vous devez donc le presser contre la colonne vertébrale. Pour les blessures sur les membres supérieurs, les points de compressions sont de types huméraux (compression de l’artère contre l’humérus), sous-claviers (creux de la salière), auxiliaires (dans l’aisselle) et enfin sur le pli du coude. Pour les membres inférieurs, les points devraient se trouver sur le pli de l’aine au niveau du fémur, sur la face interne de la cuisse ou encore dans le creux poplité (à l’arrière des genoux). Cette méthode nécessite, donc, certaines connaissances sur la circulation sanguine et l’anatomie du corps.